Skip to content

The Artist vs. Hugo Cabret, parallèles divergeants

9 mars 2012

Ces deux films ont beaucoup en commun selon moi. Et certaines de leurs différences ne font que les raprocher encore. Exercice de style comparatif à la Steve Reich.

 version 1

The Artist est un merveilleux hommage français au cinéma américain, là où Hugo Cabret est un merveilleux hommage américain au cinéma français.

— version 2 (c’est encore un peu vide)

The Artist est un merveilleux hommage français au cinéma américain muet revenant aux formes d’antan, là où Hugo Cabret est un merveilleux hommage américain au cinéma français, utilisant les dernières avancées technologiques du cinéma.

— version 3 (voyons voir…)

The Artist est un merveilleux hommage français au cinéma américain muet revenant aux formes d’antan, muet et noir et blanc.
Là où Hugo Cabret est un merveilleux hommage américain au cinéma français, utilisant les dernières avancées technologiques du cinéma, images de synthèse à foison, 3D relief.

— version 4 (ah ! meilleure version !)

The Artist est un merveilleux hommage français au cinéma américain muet revenant aux formes d’antan, muet et noir et blanc, comme les premiers films des studios d’Hollywood dans les années 1930.
Là où Hugo Cabret est un merveilleux hommage américain au cinéma français, utilisant les dernières avancées technologiques du cinéma, images de synthèse à foison, 3D relief, un peu à l’image des prouesses que réalisait Georges Méliès en son temps, au début du XXème siècle.

— version 5 (à partir de là, c’est fini. Vous pouvez passer directement à la conclusion)

The Artist est un merveilleux hommage français au cinéma américain muet, revenant aux formes d’antan, muet et noir et blanc, comme les premiers films des studios d’Hollywood dans les années 1930. The Artist est réalisé par Michel Hazanavicious,
réalisateur français dont l’anticonformisme fut bien marqué en 1993 par La classe américaine : Le grand détournement entièrement réalisé à partir de courts morceaux de films.
Là où Hugo Cabret est un merveilleux hommage américain au cinéma français, utilisant les dernières avancées technologiques du cinéma, images de synthèse à foison, 3D relief, un peu à l’image des prouesses que réalisait Georges Méliès en son temps, au début du XXème siècle. Hugo Cabret est réalisé par Martin Scorsese,
réalisateur américain qui apparaissait en 1993 The King of Ads parmis les courts films publicitaires utilisés.

— version 6

The Artist est un merveilleux hommage français au cinéma américain muet, revenant aux formes d’antan, muet et noir et blanc, comme les premiers films des studios d’Hollywood dans les années 1930. The Artist est réalisé par Michel Hazanavicious,
réalisateur français dont l’anticonformisme fut bien marqué en 1993 par La classe américaine : Le grand détournement entièrement réalisé à partir de courts morceaux de films. Hazanvicius porte des lunettes, et est d’origine grecque, au bord de la méditerranée.
Là où Hugo Cabret est un merveilleux hommage américain au cinéma français, utilisant les dernières avancées technologiques du cinéma, images de synthèse à foison, 3D relief, un peu à l’image des prouesses que réalisait Georges Méliès en son temps, au début du XXème siècle. Hugo Cabret est réalisé par Martin Scorsese,
réalisateur américain qui apparaissait en 1993 The King of Ads parmis les courts films publicitaires utilisés. Scorsese porte des lunettes, et est d’origine italienne, au bord de la méditerranée.

— version 7

The Artist est un merveilleux hommage français au cinéma américain muet, revenant aux formes d’antan, muet et noir et blanc, comme les premiers films des studios d’Hollywood dans les années 1930. The Artist est réalisé par Michel Hazanavicious,
réalisateur français dont l’anticonformisme fut bien marqué en 1993 par La classe américaine : Le grand détournement entièrement réalisé à partir de courts morceaux de films. Hazanvicius porte des lunettes, et est d’origine grecque, au bord de la méditerranée.
Là où Hugo Cabret est un merveilleux hommage américain au cinéma français, utilisant les dernières avancées technologiques du cinéma, images de synthèse à foison, 3D relief, un peu à l’image des prouesses que réalisait Georges Méliès en son temps, au début du XXème siècle. Hugo Cabret est réalisé par Martin Scorsese,
réalisateur américain qui apparaissait en 1993 The King of Ads à parmis les courts films publicitaires. Scorsese porte des lunettes, et est d’origine italienne, au bord de la méditerranée.

Conclusion

Les deux films ont fait la Une des Oscars 2012, The Artist pour les prix remportés, pour avoir apporté le premier oscar du meilleur acteur à un acteur français (Jean Dujardin), pour avoir raflé un paquet de statuettes. Hugo Cabret pour avoir été nommé dans le plus de catégories différentes cette année (2012).

En guise de conclusion, j’avoue avec tout le respect du à Dujardin (ouf, j’ai évité le calembour de peu) que j’aurais beaucoup ri si l’on m’avait dit il y a 10 ans alors que je découvrais son personnage phare de l’époque, j’aurais beaucoup ri si l’on m’avait dit que Brice de Nice serait le premier acteur français à obtenir un oscar. J’écris cela sans aucune aigreur, j’aime bien et le personnage en question, et ce qu’a pu faire l’acteur depuis !

(c’est encore un peu vide)

Publicités

From → Cinéma

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :