Skip to content

Les touristes ont-ils peur des portes de métro ?

16 mars 2012

Les toursites dans le métro m’ont déjà fait rigoler. Tout comme n’importe quel parisien qui regarde un peu autour de lui je suppose.

Les touristes à Paris ont souvent des soucis avec les portes du métro. Quand il y a beaucoup de monde qui descend, pas trop de soucis. Il y a toujours un parisien qui ira plus vite qu’eux. La porte sera ouverte avant même qu’ils n’aient commencés à rassembler leurs bagages, enfiler leur veste, traverser la foule pour atteindre leur valise qui sur ses roulettes s’est frayée un chemin à travers la foule des gens debout. Au passage, ce détail de l’histoire est véridique. J’ai vu ça une fois dans le RER B, ils descendaient probablement de CDG, le RER était bondé depuis Gare du Nord, et leur descente à Châtelet-Les-Halles à une heure de pointe fut épique.

Revenons à nos portes. Longtemps je me suis levé de bonne heure, avant que le métro ne s’arrête. Mais évidement pas lorsque ce n’est pas ma station. Les touristes ont tendance à ne pas prévoir à l’avance là où ils arrivent. On ne peux pas les blamer de ne pas connaître par cœur le bruit des rails indiquant qu’il faut enfin finir sa sieste ou fermer son livre. Mais aucune raison de stresser autant !

Le comble est probablement atteint lorsque arrivant devant la porte fermée ils se demandent ce qui se passe. Regardent la porte quelques fractions de seconde. Se font une petite injection d’adrénaline. Pensent probablement que tout Paris leur en veut et que ce n’est définitivement pas une ville acceuillante, d’ailleurs même la porte du métro ne veut pas s’ouvrir pour eux, alors que celle un peu plus loin dans le wagon est ouverte. Et c’est alors la course, avec de gros sacs qui bousculent les lecteurs, et criant afin de réveiller les éventuels dormeurs (c’est plus rigolo ainsi). Course qui se finie sur le quai, pour enfiler la deuxième sangle du sac à dos ou pour remettre la valise sur ses roulettes.

J’ai vu cette scène de frayeur envers ces pauvres portes qui n’avaient rien fait à plusieurs occasions. Lors de l’une d’elles, je me suis demandé si les deux jeunes touristes américaines (au vu de l’accent), n’attendaient pas que quelqu’un leur ouvre, tout simplement, n’osant pas toucher de près ou de loin à la poignée de porte. C’est certain, c’est plein de germs qui ne doivent pas être des plus sympathiques au vu des odeurs généralement présentes dans les wagons et couloirs de nos transports en commun.

Publicités

From → Métro & cie., Paris

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :